Bandeau Collectif Roosevelt Loire (42)

CLIMAT
Titre
Grand mensonge : le gouvernement parle climat, mais il relance les autoroutes                                        


Comment le gouvernement français favorise-t-il  les sociétés autoroutières ? En négociant une relance des projets autoroutiers, dont l'A45, en échange d'un allongement des durées de concession.
Un nouveau plan autoroutier vient compléter un premier plan de relance toujours en cours. L’État français poursuit le transfert de recettes juteuses aux concessionnaires privés, dans l’opacité et aux frais des contribuables. Stimulant le transport routier, donc les émissions de gaz à effet de serre.

Lire l'article de Reporterre    


  La COP21 : une synthèse du bilan
Peut-on espérer que le problème du climat sera réellement traité, à la hauteur de l'enjeu ?

Présentation du bilan critique
La synthèse
L'article dans Wikipedia
L'article dans Libération  Pour Ronan DANTEC - Contre Maxime COMBES
L'article dans Le Monde Nicolas HULOT
L'article dans Les Echos Barbara DALIBARD (SNCF)
L'article sur le site Environnement Technique

Récit des échanges pendant la discussion  du 27-01-2016
. Deux actions à mener :
- participer activement au Forum Climat, organisé par la Coalition Climat de Loire Sud, à FIRMINY, en avril 2016.
- informer le public jeunes

   Voilà, la COP21 est terminée ; on en attendait beaucoup tellement l'enjeu est vital.

Le traité a été signé par les  195 parties. Bon ou mauvais ? Contraignant ou  laxiste ?

2 bilans contrastés dans le journal Libération : — 13 décembre 2015 à 14:36
Accord à la COP : vraie avancée ou poudre aux yeux ?

Ronan Dantec, sénateur Europe Ecologie-les Verts et Maxime Combes, économiste, membre d'Attac France, livrent, en cinq points, leurs analyses pour le moins contrastées du texte adopté samedi.

Lire l'article


Un  article d'un média européen sur le net, EurActiv.fr  actualise et complète nos informations.        .EurActiv

1-  LA COP21 S'APPRÊTE À SABORDER  10 ANS DE FINANCE CLIMAT.
"Avec ses 8000 projets dans les pays en développement, le Mécanisme pour un Développement Propre, issu du protocole de Kyoto, vivote encore. L'Accord de Paris risque de l'achever.

L’accord de Paris doit relancer les négociations climatiques. Ce qui passe par un grand ménage des dispositifs onusiens contre le changement climatique. A commencer par les rejetons du protocole de Kyoto. L’accord signé au Japon en 1997 a en effet mis en œuvre des dispositifs complexes de réductions d’émissions de CO2. Au niveau des Etats, comme au niveau des entreprises, il était possible de financer des projets de réduction d’émissions de CO2 dans les pays du Sud (ou pays de l’annexe II) et de les prendre à leur compte."

NB : Le mécanisme de développement propre (MDP) est un mécanisme économique de la finance du carbone qui fut élaboré dans le cadre du protocole de Kyoto.    https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canisme_de_d%C3%A9veloppement_propre

"Un système moribond - L’accord de Paris devrait achever le système moribond, qui survit depuis la fin du protocole, en 2012. « Avec la fin de la séparation des pays en Annexe I et Annexe II, le mécanisme de développement propre n’existera plus de facto », constate Antoine Guillou, coordinateur du pôle énergie et climat de Terra Nova."

Lire l'article

2- La seconde partie traite du contexte de la COP21 ; elle fait état de points positifs dans les négociations préparatoires au sommet enttre beaucoup de ministres du monde entier.


3- D'autres articles accessibles sur le site apportent des informations diverses se rapportant à la lutte pour le climat.
Par exemple :

L'Allemagne fait volte-face sur la fracturation hydraulique

Samsø, l’île 100 % renouvelable et énergétiquement indépendante

30 villes européennes s’emparent du sujet climatique à Paris

Bruxelles va sévir contre les mauvais élèves de l’efficacité énergétique

Climat ou business, un choix qui rend les entreprises schizophrènes


    COMMENT AGIR POUR LA REUSSITE DE COP21 ?

La France accueille du 30 Novembre au 11 Décembre 2015, le 21ème sommet climatique, présenté comme le sommet de la dernière chance. Comment les citoyens peuvent-ils agir pour que le sommet COP21 débouche sur des décisions efficaces ?

Voici quelques avis lus dans la presse.

 

1.    1- Dans « Charlie Hebdo » du 5 Août 2015, Fabrice NICOLINO, dans « Qui dirige le sommet climatique de décembre ? » doute que l’on parvienne à un accord décisif :

"Tout est prévu pour une vaste mise en scène. On va droit vers un accord historique en décembre qui n’a aucune chance de limiter la casse à 2 degrés d’augmentation de la température. Si même c’était le cas, une autre voix est en train de dominer toutes les autres : 2 degrés de plus, ce serait déjà une catastrophe biblique."  (en référence à :

-  un article paru dans Atmospheric Chemistry and Physics du 21 Juillet : Ice melt, sea level rise and superstorms.

- la revue Science, le 9 Juillet www.sciencemag.org/content/349/6244/aaa4019 ).

Mais le journaliste ne propose rien.

 

2.    Dans  Le Monde Diplomatique, le 20/07/2015, la philosophe Catherine Larrère, veut « réinventer notre rapport à la nature : l’Occident a consommé sa part d’atmosphère ». Elle ne croit pas aux signaux d’alarme et fait confiance aux citoyens pour changer leurs comportements : le bon exemple est contagieux.

Peut-on réinventer notre rapport à la nature ?

« …Nous sommes une espèce parmi d'autres espèces. Cela devrait nous rendre modestes, et nous rappeler qu'il n'y a pas que l'humanité que l'homme entraîne à sa perte avec le dérèglement climatique. 

Le catastrophisme peut-il changer les mentalités ?

… il existe aussi d'autres formes de catastrophisme, dont le leitmotiv est le suivant : « si on ne fait pas peur aux gens, ils ne réagissent jamais ». Cette attitude pose problème. A force de crier au loup, plus personne n'y croit. Or, cela fait quelques décennies qu'on nous annonce le pire, et notre vie quotidienne n'est pas si affectée que cela. Du coup, la peur ne porte pas, ou plus.

 Notre destin, aujourd'hui, ressemble plutôt à celui des habitants de l'île de Pâques – dont la population a sans doute diminué sans discontinuer après la déforestation de l'île, avant de pratiquement disparaître : pas de rupture brutale de l'écosystème, mais une dégradation continue des conditions de vie. La menace d'une catastrophe imminente n'est pas ressentie comme plausible par les gens, et l'effondrement progressif leur échappe. Ce qui explique que le catastrophisme ne soit pas mobilisateur. 

Comment articuler action locale et action globale ?

Au niveau local – celui du village ou de la région –, les hommes se mobilisent souvent efficacement. C'est au niveau global que la prise de décision devient compliquée.

… Le problème se pose donc plutôt au niveau national, ou international. Aux XVIIIe ou XIXe siècles, l'humanité était encore une abstraction ; aujourd'hui, c'est devenu une réalité : tous les hommes sont sur le même bateau. Ils sont condamnés à l'intérêt général ! Mais il n'est pas facile de le construire.

Enfin, les modes de vie, … se réforment par la contagion de l'exemple. Ne désespérons pas du monde, beaucoup prennent leur vie en main et font un geste pour le climat. Ce n'est certes pas aussi spectaculaire que si les Etats-Unis s'engageaient à réduire leurs émissions de gaz à effets de serre de 30 % du jour au lendemain ; et la contagion est un processus lent, alors que le dérèglement du climat, lui, est très rapide. Mais la solution, j'en suis persuadée, viendra aussi de là. Nous sommes à la fois condamnés à nous entendre – et à nous inspirer les uns les autres ».

 Lire l'article.

3.    Mais, dans Mediapart, le 4-12-2014, Fabrice FILIPO propose une solution en prônant  un « populisme climatique ».Selon lui, la seule méthode pour que le problème climat prenne de l’importance réside à ce que tout le monde en parle, partout, tout le temps.

« Le critère d’un bon sommet serait donc celui-ci : que le climat se trouve omniprésent dans les discussions, pendant plusieurs semaines, dans les écoles, les entreprises, les administrations, dans les rues, les cafés etc. et même les stades de foot. Qu’une alphabétisation massive se produise, sur ces questions, puisqu’on ne peut pas compter sur les médias. Que l’on se mette à repérer le gaz à effet de serre aussi bien que le déficit public, qui n’est pas plus perceptible. S’ils ont un peu le sens des responsabilités, tous les medias, leaders d’opinion, représentants etc. dans la fonction totalisatrice qui est la leur doivent se saisir de la question, à leur manière. En résumé, COP21 doit être le lieu d’une sorte de mobilisation générale contre le gaz à effet de serre, mettant à l’honneur les possibles décarbonés et plus généralement écologiques qui s’offrent à nous et que nous peinons tant à saisir, en dépit de leurs promesses (en emplois notamment). »

Lire l'article.

 

A la différence de l’époque où la civilisation humaine a disparu sur l’île de Pâques, aujourd’hui nous disposons de grands moyens d’information qui nous permettent d’alerter sur les risques d’une catastrophe planétaire causée par le dérèglement des climats. La seule action logique résiderait donc dans une prise de conscience  du plus grand nombre de la nécessité de changer nos comportements. Mais, n’oublions pas que si chaque citoyen doit jouer un rôle, aussi modeste soit-il, les décideurs que nous avons élus ont une part bien plus grande à assumer dans les actions à accomplir.

Quant à la peur du loup que cite la philosophe, Jean-Claude AMEISEN, sur France Inter, « Sur les épaules de Darwin » le 1-08-2015 raconte comment un passereau africain, le drongo brillant contredit Esope dans sa fable, ; il est capable d’adapter son cri en changeant sa voix et la langue. En période d'hiver, Il peut imiter le cri d'alerte des suricats pour les faire fuir et prendre les insectes dans les trous fait par ces derniers. (Wikipedia)

http://www.franceinter.fr/emission-sur-les-epaules-de-darwin-enchantements-et-illusions-0

à 46mn 30s

 

Si  un oiseau est capable d’adapter son comportement, l’homme contemporain ne pourrait-il pas adapter sa communication de manière à être crédible, sur les dangers et sur les actions à mettre en place ? On en revient à la solution de Fabrice FILIPO.

 

Si vous  voulez intervenir dans cette recherche d'actions, un espace de discussion est ouvert

https://docs.google.com/document/d/1gV-4NucaBgDnNq4A6tFnXgdNFJgiDygM27Fy627hTWA/edit

ACTION CLIMAT
Le collectif Roosevelt agit contre le dérèglement climatique. Que doit faire le groupe Loire ?

Nous attendons vos avis et propositions que vous pouvez exprimer dans le document partagé en cliquant sur le lien :

https://docs.google.com/document/d/1gV-4NucaBgDnNq4A6tFnXgdNFJgiDygM27Fy627hTWA/edit

COP21 Loire sud

Le groupe Loire du collectif Roosevelt participe à l'élaboration d'un programme d'actions à mener au cours de cette année décisive puisque la 21ème réunion  au sommet se tiendra à Paris. Nous avons recensé toutes les initiatives citoyennes, associatives ou collectives connuies dans le département pour montrer que chacun a le choix et la possibilité d'agir pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Présentation                     Programme des actions positives


Rapport de l'ADEME  :

100 % ENERGIES RENOUVELABLES  EN FRANCE, EN 2050 !

Les médias du web en ont parlé ; mais plus aucune trace sur le site de l'ADEME : le rapport aurait été mis de côté jusqu'à l'automne. Trop tard pour la loi sur la transition énergétique !

l'article de Mediapart
en savoir plus








Collectif Roosevelt - Groupe local Loire Dernière mise à jour :1 Janvier 2017